Afin que je cesse d'en faire lorsque vous cesserez de les lire…


Robespierre et les femmes, de L. Noiset, éd. Nilsson, 1932. J'ai trouvé ce livre aux pages encore à découper chez un bouquinistes des quais de la Seine.
Une étude intéressante. Où j'ai trouvé cette réflexion de Robespierre à propos des écrivains, dans une lettre à Mlle Dehay (peut-être son premier amour) :
«Car le comble du bonheur et de la gloire pour un écrivain, quel qu'il soit, c'est de plaire aux Grâces, n'importe de quelle manière. C'est pourquoi, Mademoiselle, dès que mes mémoires commenceront à vous ennuyer, je vous prie de m'en avertir aussitôt, afin que je cesse d'en faire lorsque vous cesserez de les lire.»
Ça m'a fait penser à ce que j'avais lu et qui m'avait laissé perplexe, dans un des premiers répertoires d'auteurs jeunesse français contemporains qui a été publié, en 1991, au Cercle de la librairie (peut-être le premier ?).
Si mes souvenirs sont bons, les auteurs à l'affiche étaient introduits par quelques réponses à des questions qui leur avaient été posées pour l'occasion.
A la question «Pour qui écrivez-vous ?» l'un d'eux avait répondu : «Pour la femme que j'aime». Oui, ça m'avait laissé perplexe. Je crois bien que c'était Yves Pinguilly, mais je me trompe peut-être.

màj : Yves me confirme que c'était bien sa réponse, et me signale un répertoire plus ancien : Dictionnaire des écrivains pour la jeunesse, auteurs de langue française, chez Seghers en 1969 - Site d'Yves : http://www.yvespinguilly.fr/