De quel droit ils n'achètent pas mes livres ?


"Découvrez le confort et la tranquillité grâce à cet hôtel de type urbain zen à saveur new yorkaise. L'environnement à la fine pointe de la technologie vous permettra de rester connecté à la réalité tout en vous évadant du quotidien..."

La publicité de l'hôtel québécois 4 étoiles où je me trouve, invité par le congrès De mots et de craie, n'est pas mensongère. Évadé de mon quotidien, je reste toutefois connecté à la réalité, et je reçois par mail (grâce au WIFI gratuit) deux relevés de droits d'auteur pour des albums sortis en 2012 et 2014 (en France). Pour l'un, le résultat des ventes est : - 85 exemplaires (les retours supérieurs aux ventes). Pour l'autre : +73 exemplaires vendus en 2015: 30,10€ de droits d'auteur.

"Tabernacle ! je pense d'abord. Que n'ai-je écouté la Charte ! L'illustratrice et moi, on n'aurait pas dû accepter 6% à se partager ! On aurait dû exiger 10% comme en littérature adulte !"

Après j'ai calculé: avec 10% je n'aurai perçu que 20€ de plus... Pas de quoi, une fois que je ne serai plus gracieusement et délicieusement nourri ici, échapper à la famine qui guette l'auteur jeunesse ("Se consacrer à l’écriture ou à l’illustration, c'est mourir de faim" dixit La Charte).

Et c'est là que j'ai compris ! Le problème, ce n'est pas l'éditeur, c'est le lecteur ! Non mais qu'est ce qu'ils foutent, les lecteurs, à n'acheter que 73 exemplaires de mon album, mais des dizaines, des centaines de milliers d'exemplaires d'autres livres - et parfois d'un seul même auteur jeunesse autre que moi ? De quel droit ils n'achètent pas mes livres, les lecteurs ? Je les ai écrits ces livres, merde !!! Ils cherchent ma paupérisation ou quoi ?

Alors voilà. Je vais lancer une pétition contre les lecteurs qui n'achètent pas mes livres. Ou utiliser une plateforme de financement participatif : "Si vous n'avez pas acheté mes livres, faites moi vivre quand même". En attendant, ce soir je mange chez Yves Nadon avec Michaël Escoffier, Manon Gauthier, Stéphane Poulin, Olivier Balez et Alexandre Jardin. Autant en profiter....