Mademoiselle Zazie, le phénomène - un article de Karine FRELIN dans L'EST REPUBLICAIN



"C'est par elle que tout a commencé, ou presque. Avec Zazie, on a commencé à parler de "zizi" à l'école, ou plutôt de différences anatomiques entre filles et garçons. C'était en 1998. Depuis, l'histoire de Thierry Lenain, illustrée par Delphine Durand, et Zazie, sont devenus des classiques et une série. La parution de ce petit roman en album, il y a trois ans, était évidemment un événement, car il était aussi susceptible de toucher des lecteurs de maternelle !

Pourquoi la mayonnaise a-t-elle pris ? C'est d'abord, une histoire d'amour-amitié, comme on en trouve souvent avant l'adolescence : quand Zazie débarque dans la classe de Max, elle est, pour lui, une "sans-zizi". Depuis au moins la Préhistoire, les avec-zizi sont plus forts que les sans-zizi, l'information se transmet de génération en génération, c'est comme ça. Sauf que Zazie, mutine cocotte à couettes, sait faire autant de trucs que les avec-zizi. Voire, elle est plus forte. Elle ne s'appelle peut-être pas Zazie pour rien -rapport au roman de Raymond Queneau, "Zazie dans le métro". "Une sans-zizi avec zizi", il y a un loup... Reste à prouver la supercherie, et là, Max va se montrer très créatif.

Au qualificatif de "sans-zizis", les deux compères, devenus inséparables, vont préférer les "avec-zézette", histoire de voir le verre à moitié plein. En apparté à cet album, Thierry Lenain raconte que cette histoire lui est peut-être venue du Pif Gadget de son enfance : "J'adorais lire les aventures de Corinne et Jeannot signées Tabary". Où Corinne était une fille "au caractère trempé", qui l'énervait beaucoup.

L'aventure, elle, continue depuis 1998, à la télé, mais aussi à travers neuf histoires et des albums tirés de la série animée. En 2014, au moment des grands débats sur l'institutionnalisation de la parité garçons-filles à l'école, "Mademoiselle Zazie ne veut pas être hôtesse de l'air", un roman pour tous jeunes lecteurs, rebat les codes : naturellement, quand un écrivain est invité dans la classe, Zazie est choisie pour jouer une hôtesse de l'air sauvée par un conducteur de tractopelle dans une pièce de théâtre. Ce qu'elle refuse catégoriquement. Au grand dam de la maîtresse qui veut plaire à son invité. Et si Max jouait un steward et Zazie, la conductrice du tractopelle, est-ce que ça bouleverserait le monde ? Qui ne tente rien n'a rien..."

Article extrait du dossier "Tulalu - Tracteur pour filles, tricot pour garçons."